L’esprit de chimère

Mon corps languide

Omet certains psychés

Maintenant, tu es ma guide

 

Alors que le souffle du vent

Me terre dans les fins fonds des catacombes

Où le vide n’est plus présent

Une ombre sombre semble s’approcher

Regards échangés…

 

Paupières fermées tandis les pupilles ouvertes

Où se trouve le chemin noir de mon centre vital

Une simple vague pourrait me rendre pâle

Rendant à la fois mon corps inerte

 

Ton odeur fait naître en moi un sentiment d’hilarité

Onirique, il ne s’agit que d’une chimère

Un rêve, selon Freud, serait inspiré de la réalité

Je t’attends alors pour t’embrasser

Or mon amour ne va pas tarder à s’embraser

Une étincelle devenant flamme, feu puis incendie

Rien ne la rendra archaïque

Soudain, la vague me réveilla

Sven Geslin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :