Parasitage

Corps contre corps, la tête posée sur sa poitrine il semble rêver. Peut-être ne voit-il pas le temps passer. Mais il compte, il compte chaque battement représentant chaque seconde de son existence.

Lorsque sensationnel parasite le temporel.

Image par : VAL « Corps à corps »                                                                                    Sven Geslin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :